Adapter le plan de comptes pour informer l’entrepreneur.

La comptabilité est régie par un texte réglementaire que beaucoup confondent avec la liste des comptes. C’est le plan comptable général ou PCG.

Le PCG fixe les principes essentiels et s’applique à dans toutes les entités (et pas seulement les entreprises) qui ont une activité économique.

Il autorise l’adaptation de la liste des comptes aux besoins de l’activité et a fait l’objet d’adaptations spécifiques à certains secteurs d’activités. Si la valeur juridique de ces adaptations sectorielles est parfois contestée, c’est parce que le plan comptable général a fait l’objet de plusieurs modifications depuis leur création.

L’administration fiscale en tient compte et admet leur utilisation dans les entreprises.

L’adaptabilité du plan comptable général : adapter le plan de comptes aux besoins de l’entreprise

Le plan comptable peut être adapté aux besoins de l’entreprise et servir à faire ressortir un certain nombre d’informations.

Exemple

L’entreprise qui achète trois catégories de marchandises et les revend, peut avoir intérêt à créer un compte spécifique pour chaque catégorie de marchandises.

De la même manière, l’entreprise qui souhaite connaître, à tout moment :

  • le montant de ses frais bancaires, compte bancaire par compte bancaire ;
  • ou cumuler tous les frais liés aux opérations de cartes bleues ;

peut créer autant de subdivisions du compte 627000 « frais bancaires » que de besoin.

Enfin, les libellés des comptes peuvent servir à faire apparaître :

  • les éléments non déductibles fiscalement ;
  • les fournisseurs qui paient la TVA sur les encaissements ;
  • etc.

Adapter le plan de comptes et ses libellés, c’est permettre à la comptabilité, de devenir une source d’information utile à l’entrepreneur capable de la lire.

L’utilisation des adaptations professionnelles au plan comptable général

Comme son nom l’indique, le plan comptable général est un texte général. Il fixe un certain nombre de grands principes auxquels l’entreprise ou l’entité ne pourra pas déroger.

L’applicabilité du PCG à toutes les entreprises n’interdit pas les adaptations à certains secteurs d’activités.

Il existe donc des plans comptables particuliers et des adaptations professionnelles. Dans les deux cas, il s’agit de tenir compte des spécificités des différents secteurs d’activité.

Les plans comptables particuliers peuvent concerner les associations, les banques, les assurances, des secteurs très spécifiques. Ils nécessitent la création de règles particulières.

Dans d’autres secteurs, le plan comptable général a simplement été adapté et les adaptations sont plus ou moins importantes. Ce sont les plans comptables professionnels que les entreprises peuvent obtenir auprès des fédérations professionnelles.

Leurs règles s’appliquent tant qu’elles ne sont pas contraires aux principes généraux du plan comptable général.

Exemples d’adaptations sectorielles :

  • le bâtiment et les travaux publics ;
  • le cinéma ;
  • les entreprises de spectacle ;
  • la promotion immobilière.

La liste complète de ces adaptations est disponible sur le site de l’administration fiscale.

Plus d’infos

Commenter l'article