Comptable ou expert-comptable : quelle différence ?

Différencier le comptable de l’expert-comptable n’est pas toujours facile. Surtout pour un entrepreneur qui démarre et n’a pas d’expérience dans ce domaine.

Et pourtant cette différence, dans les cas les plus graves, peut conduire à la faillite de l’entreprise.

Nombreux sont les entrepreneurs qui font appel à un « comptable » sans réellement savoir qu’il y a une différence entre le comptable indépendant et l’expert-comptable.

Les faits divers des derniers mois regorgent de cas dans lesquels le comptable indépendant n’a pas fait l’intégralité du travail qui lui était confié. Les conséquences pour l’entreprise peuvent être particulièrement lourdes.

L’expert-comptable : une profession réglementée

Avocats, notaires, médecins, experts-comptables…. Quel est le point commun entre toutes ces professions ? Ce sont toutes des professions réglementées.

Les principales caractéristiques de ces professions réglementées sont :

  • un niveau de diplôme minimum (8 ans d’études pour l’expert-comptable) ;
  • une inscription à un ordre professionnel ;
  • la soumission à des contrôles qualité ;
  • une formation annuelle obligatoire ;
  • une assurance responsabilité.

L’expert-comptable fera signer une « lettre de mission » à son client. C’est un contrat qui va les lier pendant toute la durée de la prestation.

Enfin, l’inscription à un ordre professionnel se traduit par l’existence d’un annuaire. Tout professionnel de l’expertise comptable et toute société d’expertise comptable y est inscrit.

L’annuaire est tenu et mis à jour par le Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables. En voici le lien :
Annuaire des experts-comptables

Le comptable indépendant : une activité interdite

Les comptables indépendants peuvent être d’anciens collaborateurs de cabinet, des comptables d’entreprises au chômage.

Parfois, ce sont aussi des jeunes diplômés sans expérience ou pire, des personnes sans aucun diplôme particulier qui espèrent se sortir d’une situation difficile en faisant un peu de saisie informatique.

Dans tous les cas, il s’agit d’un exercice illégal de la profession d’expert-comptable.

Les comptables indépendants se présentent généralement comme des :

  • cabinets comptables ;
  • experts en comptabilité ;
  • conseils en gestion ;
  • prestataires informatiques ;
  • etc…

Tout est fait pour éviter le mot expert-comptable et donc l’usurpation de titre qui est punie pénalement.

Ce n’est que dans les cas les plus rares, qu’ils utilisent le faux diplôme.

Sans le diplôme d’expertise comptable, un comptable ne peut être que salarié.

L’exercice illégal : trois risques pour l’entreprise

Entre les rappels d’impôts et les cotisations sociales à payer, la conséquence peut être la fermeture pure et simple de l’entreprise. De nombreux entrepreneurs témoignent des trois conséquences principales de l’exercice illégal.

Le premier risque pour l’entreprise, ce sont les rappels d’impôts et de cotisations sociales. Avec des contrôles fiscaux et sociaux plus fréquents lorsque les administrations réalisent qu’un « illégal » est aux commandes des déclarations de l’entreprise, l’addition peut être salée.

Et ce risque est bien réel, même si l’indépendant n"est pas un escroc.

Le second risque est le refus systématique des demandes de prêts ou de financement. Les documents comptables produits par les comptables indépendants présentent parfois un certain nombre d’anomalies.

Ces anomalies sont repérées par les « financeurs » qui refusent alors toutes les demandes, et ce, même si l’entreprise n’y est pour rien et n’avait aucune intention de frauder. L’entreprise n’en est pas toujours informée.

Le troisième risque est le risque de faillite lorsque les dettes accumulées à l’insu du chef d’entreprise deviennent trop importantes.

Il suffit de saisir « faux expert comptable » dans un moteur de recherches pour découvrir de nombreux témoignages.

De son côté, le comptable indépendant peut faire l’objet de poursuites pénales.

Plus d’infos
Exercice illégal de la profession d’expert-comptable
L’exercice illégal vu par des intervenants externes à l’Ordre

Commenter l'article