Les fusions-acquisitions transfrontalières ont fortement augmenté en 2015 selon Baker & McKenzie.

Le cabinet d’avocats Baker & McKenzie publie, fin Janvier 2016, une nouvelle édition de son rapport sur les fusions-acquisitions transfrontalières en partenariat avec Mergermarket (Cross Border M&A Index). Les fusions-acquisitions ont fortement augmenté en 2015, en particulier grâce à un dernier trimestre ayant connu une forte activité.

Une importance accrue du M&A transfrontalier dans le deal flow

Les fusions-acquisitions transfrontalières ont représenté 39 % en valeur et 32 % en volume de l’ensemble de l’activité M&A sur l’année (4 280 milliards de dollars). La valeur des fusions-acquisitions transfrontalières a atteint 1 658 milliards de dollars sur l’année, soit une augmentation de 17 % par rapport à 2014 ; en volume, ces opérations ont connu une baisse de 6 % sur l’année (5 441 opérations).

Au sein des fusions-acquisitions transfrontalières, ce sont les fusions-acquisitions entre les grandes régions du monde qui représentent la majorité des opérations, à hauteur de 64 % de l’activité transfrontalière en valeur (1 063 milliards de dollars). Si ces M&A entre grandes régions du monde ont connu une croissance de 7 % sur 2015, c’est essentiellement la croissance de 40 % des deals au sein d’une même région (pour un montant de 595 milliards de dollars) qui a renforcé la place prise par le M&A transfrontalier dans l’activité M&A globale par rapport à 2014.
Cette croissance annuelle des fusions-acquisitions transfrontalières est en partie due à l’importance du 4ème trimestre qui a représenté en valeur 36 % de l’année (597 milliards de dollars), en particulier grâce à deux opérations d’ampleur : Pfizer-Allergan pour 183,7 milliards de dollars et AB InBev-SAB Miller pour 120,3 milliards de dollars. En effet, le quatrième trimestre a vu l’activité en M&A transfrontalier augmenter de 61 % en valeur par rapport au dernier trimestre de l’an passé.

Selon Stéphane Davin, Associé en charge de la pratique M&A à Paris : « 2016 devrait connaître la même tendance, malgré les incertitudes sur les marchés financiers et les doutes émis par la Banque Mondiale sur la reprise économique mondiale. Bien que ces inquiétudes sur le plan macroéconomique puissent altérer l’activité M&A, l’opportunité de mettre en œuvre des stratégies encore plus ambitieuses existe toujours, en particulier sur le plan des fusions-acquisitions transfrontalières. Nous nous attendons donc à davantage d’opérations impliquant différentes juridictions dans les années à venir. »

Des acheteurs nord-américains très actifs dans les opérations entre régions

Les acheteurs d’Amérique du Nord, d’Asie Pacifique et dans une moindre mesure ceux du Moyen-Orient ont été les plus actifs en 2015. Ainsi les acheteurs nord-américains ont mené des opérations vers les autres régions du monde pour un montant total de 467,1 milliards de dollars en 2015, soit une hausse de 48 % par rapport à 2014. Pour le seul dernier trimestre de l’année, 61 % de la valeur de l’activité M&A entre les grandes régions proviennent d’acheteurs américains ciblant des entités européennes. Sur ce dernier trimestre, la France et le Royaume-Uni ont également été très actifs, comptabilisant 80 et 126 deals respectivement, pour une valeur de 25,6 milliards et 29,5 milliards de dollars.
En comparaison, les acheteurs issus de l’Asie-Pacifique se sont orientés vers d’autres régions pour un montant total de 186,7 milliards de dollars sur l’année, soit une hausse de 39 %. Quant aux acheteurs du Moyen-Orient, leurs achats au sein d’autres régions ont triplé en 2015 pour atteindre 76,4 milliards de dollars.

La région la plus ciblée en 2015 a été l’Europe avec une hausse de 52 % sur l’année pour un montant de 487,8 milliards de dollars : elle a été la cible essentiellement des acheteurs nord-américains et des acheteurs asiatiques.

Le secteur TMT, fer de lance des opérations transfrontalières

Le secteur Technologie, Media & Télécom (TMT) a été le plus concerné en volume par les opérations transfrontalières en 2015 avec 1 007 deals. En valeur, le secteur arrive en seconde position après le secteur de la santé avec un montant total sur l’année de 212,7 milliards de dollars.
C’est surtout la technologie qui a stimulé la croissance des opérations transfrontalières en 2015 avec près de 70 % du volume et 49 % de la valeur du M&A transfrontalier de ce secteur.
En matière de technologie, les Etats-Unis ont été les plus actifs sur l’année avec près de 232 acquisitions pour un montant total de 25,1 milliards de dollars. Le Royaume-Uni arrive en seconde position avec 79 opérations pour un montant de 17,2 milliards de dollars. Cette année a été marquée par l’importance de la Chine dans le secteur technologique qui est devenue le 3ème principal acquéreur avec 41 deals pour 19,2 milliards de dollars, dépassant même en valeur le Royaume-Uni. Cette nouvelle place de la Chine s’explique en grande partie par la volonté du gouvernement chinois de pousser les entreprises d’Etat à investir dans la technologie, comme le prouve l’acquisition de Micron, un des principaux fabricants américains de puces par Tsinghua Unigroup.

Les Etats-Unis ont également été la principale cible de l’année avec 155 opérations pour un montant de 48,7 milliards de dollars. Le Royaume-Uni arrive aussi en seconde position avec 65 deals pour un montant de 7,1 milliards de dollars et le Canada en troisième place avec 45 deals pour 1,3 milliard de dollars.

Source : Communiqué de presse Baker & McKenzie

Animateur du site des Experts de l’entreprise


Commenter l'article