Ouverture d’un bureau Pinsent Masons en Afrique du Sud.

Le cabinet d’avocats international Pinsent Masons a annoncé l’ouverture d’un bureau spécialisé dans le secteur des infrastructures à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Deux associés fondateurs ont été désignés par le cabinet pour le lancement de ce bureau. Rob Morson, précédemment à la tête du département Construction de Bowman Gilfillan, est reconnu par le marché comme incontournable dans sa pratique, comme en témoigne sa place de "Star Individual" au classement Chambers and Partners. Shane Voigt, en provenance du même cabinet, est également réputé comme l’un des meilleurs avocats en contentieux du secteur des infrastructures. Il est également connu pour son expérience auprès des entrepreneurs chinois et des investisseurs du secteur des infrastructures. Il est membre du sous-comité africain du China Africa Joint Arbitration Centre (CAJAC). De nouvelles nominations sont à prévoir avant l’ouverture officielle du bureau début 2017.

La nouvelle équipe viendra renforcer une activité Afrique déjà bien développée par le cabinet, structurée autour des investissements réalisés dans les énergies et les infrastructures depuis Londres, Paris, Dubaï et Beijing, notamment. Ainsi, à l’échelle mondiale, le cabinet compte actuellement 40 associés et 150 collaborateurs travaillant sur des dossiers liés à l’Afrique, couvrant pas moins de 38 pays africains. Le cabinet a nommé Akshai Fofaria à la tête de l’initiative africaine en 2013 avant d’être rejoint l’an dernier par Stéphane Gasne, spécialiste du financement de projets en provenance de la Banque Est Africaine de Développement. Enfin, plus de 50 des 250 principaux clients du cabinet ont une présence en Afrique du Sud.

Parmi les principaux mandats africains que le cabinet s’est vu attribuer, on compte son intervention en tant que conseil international dans le cadre du développement de Gautrain, la ligne de chemin de fer de 80km reliant Johannesburg à l’aéroport International O.R. Tambo, ainsi que son travail de réflexion avec la Banque Européenne d’Investissement pour le développement des Partenariats Public-Privé (PPP) dans les pays nord-africains. Récemment, le cabinet a également conseillé l’entrepreneur turc Yapi Merkezi Inşaat ve Sanayi dans le cadre d’un projet ferroviaire d’1.7 milliards de dollars en Ethiopie.

Le bureau sud-africain sera pleinement intégré dans le réseau international du cabinet, qui comptera dorénavant 22 bureaux. Il s’agit ici de la seconde ouverture de bureau que réalise Pinsent Masons cette année, après Düsseldorf au premier semestre.

Richard Foley, Senior Partner chez Pinsent Masons, commente :
"L’Afrique est un marché en pleine croissance avec un besoin clair en infrastructures. Il s’agit d’un marché dans lequel nous avons déjà une activité importante pour le compte d’organisations chinoises, d’entrepreneurs européens, d’investisseurs et de fonds. Une présence physique à Johannesburg, menée par une équipe avec une réputation qui n’est plus à faire, nous permettra encore de dynamiser cette pratique existante. Nous nous concentrerons dans un premier temps sur les infrastructures, et en particulier sur les projets en matière d’énergie, de technologies de l’information, de télécommunications et de transports. Cette évolution nous rapproche encore un peu de notre ambition qui est d’être reconnus comme leaders du marché sur nos secteurs de prédilection. Nous avions annoncé au début de l’année que nous continuerions à investir dans cette optique et il s’agit ici d’une preuve de notre engagement en ce sens."

Christoph Maurer, à la tête du bureau de Paris de Pinsent Masons, rajoute :
"Le nouveau bureau de Johannesburg représente le complément idéal à notre réseau actuel d’un point de vue parisien. Notre pratique Afrique française, dirigée par Stéphane Gasne, suit exactement la même stratégie que celle des associés qui nous rejoignent, puisqu’elle donne la priorité aux secteurs des Infrastructures et de l’Energie. Une grande complémentarité est donc à prévoir, donnant un coup de fouet à notre présence sur cette zone et au nombre de mandats qui nous y sont confiés sur des grands projets."

Commenter l'article