Sécurité des collaborateurs à l’international : les entreprises françaises mal préparées.

Selon le récent baromètre édité par le Club des Directeurs de Sécurité des Entreprises (CDSE), en partenariat avec AXA Assistance France, 74% des sociétés interrogées (310 dirigeants d’entreprises de plus de 50 salariés) considèrent l’insécurité internationale comme une menace forte.

La politique de l’autruche [1]

Or, malgré cette perception accrue du risque, seulement 19% des sondés considèrent leurs collaborateurs directement exposés à l’international. Trop souvent les entreprises pensent que ça n’arrive qu’aux autres et n’ont pas conscience du risque pénal qui pèse sur elles.

Les entreprises ne sont pas préparées à la gestion de crise

Toujours selon cette étude, seulement un quart des entreprises interrogées disposent d’un dispositif d’accompagnement et de gestion de crise lors des déplacements de leurs collaborateurs. Dans une société sur 2 personne n’est en charge de la gestion de la sécurité des employés à l’étranger. Seule 31 % des répondants ont clairement identifié une personne au sein de l’entreprise en charge de la sûreté/sécurité : bien souvent du Directeur des Ressources Humaines…

Auditer les structures hôtelières et former les collaborateurs aux bonnes pratiques

Les récentes attaques de Bamako (Radisson Blue du 20 novembre 2015) et de Ouagadougou (Café Capucino et Hotel Splendid le 15 janvier 2016 qui ont fait 30 victimes) ont mis en lumière les failles que présentent les dispositifs de sécurité des infrastructures hôtelières. Celles-ci peuvent d’ailleurs agir comme de véritables « pots de miel » et inciter des terroristes décidés à frapper une clientèle occidentale prise pour cible.

Il convient de ne pas se fier à priori aux dispositifs de sécurité mis en place par les chaines hôtelières, mais de diligenter des inspections et des audits de sécurité. Parallèlement, il convient de former et d’informer les collaborateurs sur les bonnes pratiques, les gestes qui sauvent et la conduite à tenir en cas de fusillade ou de prise d’otage.

La solution de la « spare house »

La « spare-house » peut parfois offrir une alternative tout à fait opportune à certaines situations post-crise.

Elle assure autonomie, discrétion, confort et offre moins d’emprise qu’un hôtel qui abrite généralement une forte concentration d’occidentaux.

Le « turn-over » du personnel de maison ou de sécurité y est moindre ; généralement située dans des quartiers résidentiels ou consulaires, la sécurité y est mieux assurée et la présence des forces de l’ordre renforcée. La « spare-house » offre en outre la possibilité de créer une « safe-room » disponible en cas d’événement majeur nécessitant un confinement ou un barricadement.

La « spare-house » offre en outre de biens meilleures garanties de protection du secret des affaires et de limitation des risques d’empoisonnement dont des tentatives ont été déjouées dans certains établissements d’Afrique de l’Ouest.

La sécurité des collaborateurs à l’international est un enjeu majeur pour les dirigeants d’entreprise

Comme l’évoque Alain Juillet (Président du CDSE) ; si la chance souri aux audacieux, « …elle favorise aussi ceux qui y sont préparés ».

Si les entreprises françaises veulent réussir à l’international sans connaître des crises majeures qui mettraient en cause leur responsabilité pénale (jurisprudence Karachi, Jolo et Sanofi), elles doivent désormais disposer d’une politique de gestion des risques à la hauteur des défis sécuritaires internationaux contemporains.

Par David HORNUS – Directeur de CORPGUARD

A propos de CORPGUARD :

Depuis 2006 Corpguard propose des prestations d’accompagnement et de sécurisation du cadre professionnel des collaborateurs en mission à l’international.

Dans le cadre de son Pack Assistance Mobilité Internationale H24 (AMI 24) Corpguard diligente les audits sécurité des sites hôteliers, assure la géolocalisation, la réception, le transfert, l’accompagnement et la sécurisation des personnels.

En matière de gestion de crise Corpguard intervient au profit des solutions assurantielles « risques spéciaux ». Ses équipes ont été déployées sur de nombreux théâtres ces dernières années (Libye, Kurdistan Irakien, Madagascar, Côte d’Ivoire, Tchad, Burkina-Fasso, Mali).

David HORNUS
(Directeur)
« Everytime everywhere, be safe »
www.corpguard.com
dhornus chez corpguard.com
Office : +33.426.024 813


Notes

[1Déclaration de Hughes CAZENAVE président OpinionWay qui a réalisé l’étude du CDSE.

Commenter l'article