Des startup du droit au service des entreprises.

Les nouvelles technologies envahissent le monde du droit, et avec l’aide de professionnels du droit ou non créent de nouveaux services en ligne, simples, efficaces, et répondant toujours à un vrai besoin.

Le web et les applications smartphones, le big data et les pratiques collaboratives, tout est mis à contribution pour rendre plus accessible les démarches des citoyens et des entreprises.

Les créateurs de ces startup souvent récentes (le mouvement a débuté réellement en 2015) ont évidemment cherché des niches, des marchés potentiels, et ont généralement trouvé la même mine d’or à exploiter : les procédures et démarches, la simplification, la rapidité… autant de thèmes que l’entreprise adore mais qui sont trop absents du monde du droit et des démarches administratives.

Voici donc désormais de nombreuses startup lancées à l’assaut de cette mine d’améliorations potentielles, que le Village de la justice recense régulièrement. Il y en a de nombreuses et pour tous les goûts et besoins de l’entreprise, de la création de statuts en ligne à la génération de contrats et documents plus ou moins juridiques, de la simplification de l’information fiscale à l’utilisation du big data pour anticiper les risques, et même une appli permettant aux salariés de contrôler la cohérence entre leurs heures de travail effectives et leur convention de travail… et bien d’autres.

Attention, gardez un esprit critique : si de plus en plus de professions juridiques s’intéressent à ces démarches, elles en sont encore souvent absentes, et l’absence de conseil d’un avocat ou d’un notaire peut coûter… très cher. Assurez-vous donc in fine lorsque c’est pertinent que les services proposés sont qualifiés par des professionnels.

Une découverte des start-up du droit à débuter ici…

1 commentaire

  1. Christian 1er septembre 2016 à 17h06

    Intéressant. Mais jusqu’à quel point ces startup complètent/ remplacent le recours à un professionnel réglementé ? Existe-t-il un "label" de confiance ?

    Répondre à ce message
Commenter l'article